Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans toute expédition de ce type, il y a des rôles très précis. Il ne s’agit pas juste de 60 bonshommes en armure chevauchant joyeusement dans les forêts, les plaines jusqu’au désert.

Il y a les officiers bien sûr, mais aussi des soigneurs dont j’espère ne pas avoir besoin, des intendants, pour nourrir et équiper et parmi les combattants : du gros bœuf, ne vous inquiétez pas, mais aussi des veilleurs, des pisteurs.

Témor s’était rapproché de l’intendance : arme, armure, bouffe, il ne perdait pas le nord et restait égal à lui-même. Point d'érudit, hormis Shattasman qui restait le plus souvent dans un chariot à compulser certains écrits. La température augmentant, le voyage ne se poursuivait pas de la plus agréable des manières pour une néréide. La fée ? Elle virevoltait bien sûr, dans une nonchalance proverbiale.

Pour ma part, je m’étais lié d’amitié avec l'un des éclaireurs, sympathique mais pas des plus malins. C'est lui qui me renseigna sur les us et coutumes de la vie en expédition : le rationnement, la chasse, le boulot de chacun et surtout des éclaireurs, les tours de garde la nuit. Je découvris alors que lorsque notre petit groupe était sur les routes, nous étions une belle bande d'amateur. Nous ne nous soucions pas de poser des pièges sonores pour nous prévenir d'intrusion, assez moyennement des tours de garde et pas du tout d'une quelconque disposition stratégique de notre « caravane ». Ainsi disposions nous les chariots en cercle pour camper à l'intérieur et dans des coins nous permettant de voir les alentours sans être forcement très visibles de loin. Simple, logique une fois qu'on le voit.

C'est aussi lui qui me raconta l'histoire de la compagnie de chevaliers du duché. Elle est née avec le duché pour faire respecter ses lois mais aussi ses frontières quitte à les agrandir un peu. Composée de nobles ou d'anoblis pour fait héroïques (ou politiques aussi un peu, n’embellissons pas trop les choses) elle s'est ouverte, au fil du temps à des hommes de … métiers, dirons nous, faisant profiter de leur expérience l'ordre qui en manquait un peu.

Retraite dorée pour vieux mercenaires, certains ne se cachaient pas pour exprimer leur joie de retourner sur les routes de l'aventure. Les chevaliers étaient donc séparés entre les vieux de la vieille aux anges de partir pour un dernier baroud d'honneur et les vieux de la vieille désespérés à l'idée de quitter le duché. Témor s'était fait des potes dans le premier groupe, Bob était lui même le cul entre deux chaises car oui mon pote éclaireur s'appelle Bob. Et nous discutions le soir lors des camps vu que le jour il tenait son rôle d'éclaireur, chevauchant à quelques kilomètres en avant du peloton.

Et c'est par un bel après-midi aride, qu'arriva le premier danger. Nous vîmes revenir Bob et ses collègues au triple galop.

«TEMPETE ! »

« Tempête ? » interrogeais-je

Shattasman m'apporta réponse : « de sable »

Bob passa en revue tout le cortège pour répandre l'alerte

« Et c'est si grave une tempête de sable ? » demandai-je naïvement

« Oh que oui » me répondis Témor

« Ah »

« Et là, on est dedans jusqu'au cou »

« ? »

« On doit trouver une cuvette pour abriter toute la compagnie dedans, mais là on est sur du plat, on trouvera rien avant des kilomètres. » m'expliqua-t-il.

Shass ne nous rassura pas : « Les soldats n'ont pas l'air très habitué à ce genre de désagréments, il va falloir les guider »

Témor attrapa littéralement un des éclaireurs qui portait la nouvelle, manquant, par là même, de le désarçonner.

« De quelle couleur ? »

« Qué ? »

« De quelle couleur ta tempête soldat ? Sombre ou claire ?»

Bon, d'accord, sombre et clair ne sont pas des couleur, mais ne pinaillons pas pour si peu.

« Claire ! »

« Bon c'est déjà ça »

Témor mis son bœuf au … galop (?) pour enjoindre la caravane à former un cercle. Shattasman, quant à elle, distilla les directives :

«Chevaux dans le cercle, attachez les et tentez de les coucher et de leur protéger leurs orifices. »

Voyant un soldat esquisser un rictus

« Non pas leur anus … abruti » Elle continua

« Trouvez de quoi vous couvrir nez, bouche et si possible oreilles et yeux. Ne montez pas dans les chariots, face contre sol et fermez les eux. Ne bougez que si la tempête est passée ou que l’endroit où vous vous trouvez est menacé. »

Je me couchai gueule dans le sable et tête masquée d'un tissu déchiré, et nous attendîmes que la tempête vint. Et la nuit fut, dans un brouhaha terrible, une fin du monde apportée par Éole dieu des vents.

Le temps passa mais pas la tempête. Une éternité , nous sembla-t-l, compressée en quelques dizaines de secondes.

Moralité, il n'y a pas que l'intelligence de Témor qui soit relative et variable, la notion du temps aussi.

Mais je suis méchant avec mon compagnon car nous nous en sortîmes bien grâce à lui et à Shattasman.

Certes, quelques hommes se relevèrent, à leurs frais, avant que la tempête ne soit passée. Certes quelques chevaux réussirent à se libérer, s'enfuir et sûrement mourir. Un chariot se retourna, mais dans l'ensemble l'épreuve passa sans trop de bobos

Tag(s) : #blasphème, #medfan, #médiéval, #médiéval fantastique, #JDR, #roman, #Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :