Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le voyage s’arrêta le temps de nous remettre de cette petite mésaventure. Les éclaireurs tentèrent de rattraper les chevaux qui avaient réussi à s’enfuir, mais ils durent se résoudre à achever les deux blessés retrouvés. On releva un chariot tombé à la renverse et soigna les quelques idiots téméraires.

Je fis ensuite amende honorable auprès de Témor. Comme il me l’avait lui-même reproché, j’admets que je l’ai souvent ridiculisé dans mes écrits, forçant un peu le trait.

Un peu est le juste terme, étant donné les sorties de niveau mondial qu’il a tout de même pu nous faire. Et Shass est bien pire que moi avec lui … non mais. Et si on lui ajoute Spressen …

Mais je remarque que je ne tiens pas assez compte de son vécu. Il a peut-être évité le pire à cette caravane de débutants. Les hommes de la duchesse ont une expérience certaine du combat mais pas de la survie en milieu hostile.

« Merci Témor »

« De ? »

« J’ai le sentiment que sans Shattasman et toi, le bilan aurait pu être bien pire. »

« Bah c’est rien, je connais un peu le désert. »

« Les Krakans sont nomades il est vrai »

« Ouep » désabusé ?

« Mais pourquoi avoir demandé la couleur de la tempête ? »

Et c’est ainsi qu’il, m’expliqua que la teinte donnait une idée de la densité de sable, de sa finesse.

Claire ? Sable fin et léger, on risque d’être asphyxié.

Sombre ? Des éclats de métal vous labourent la couenne, vous déchirent les chaires

Et le désert abrite moult autres dangers : Charognards, amazones, mirages, tribus de pillards, amazones, températures variant d’un extrême à l’autre, absence d’eau bien évidement, amazones, on parle même d’animaux géants : vers de sables, scorpions

J’ai pu évoquer ce dernier point avec Bob et ses éclaireurs.

« Des animaux géants ? Vous êtes sérieux les gars ? »

« C'est ce qui se dit en tous cas »

« Des rumeurs tout au plus »

« Ouais comme les hommes-chats »

Touché

« Mais tu ferais quoi, en tant qu'éclaireur, si on en rencontrait un ? »

« Dur à dire. Déjà faut pas flipper, et se barrer en courant sinon c'est la mort assurée. Quand je suis face à une situation inconnue je repense à mon père. A ce qu'il aurait fait, c'est lui qui m'a appris à éclairer »

« Il était lui même éclaireur ? »

« Non, enfin si … mais dans sa jeunesse, il a du réorienter sa carrière »

« Un problème de luminosité sûrement ! » s'esclaffa Shattasman

Étant donné que personne à part elle et moi ne savait ce que luminosité voulait dire, sa blague tomba à plat … sauf pour elle qui frôla la crise d’asthme à rire comme elle le faisait encore quelques minutes après.

« Tu sais ce qu’aurait dit mon père face à un tel monstre? »

« Euh non … »

« Gniaaia blobgbloubloum »

« … »

« Il était appât pour monstre marin. »

« … »

« Il était manchot »

« … »

« Et cul de jatte »

« … »

« Du coup il faisait super bien l’appât »

« ... »

Fin de l'échange

Nous reprîmes le chemin de nos aventures le lendemain. Espérant que les futures péripéties ne nous obligeraient pas à des arrêts imprévus. Se ravitailler dans ce désert paraît impossible.

« Sauf si on chasse la wyverne »

Hein ?

Shattasman me surprit, lisant par dessus mon épaule, me rappelant ainsi la quête du « collectionneur »

« Non ça ira, au pire on se rationnera »

« Tant pis »

Bob nous revint, comme l'avant veille, avec ses collègues, toujours au triple galop.

« Nuage ! »

Bon déjà, c'est mieux que tempête me dis-je. Limite petite joueuse la météo, sur ce coup là. Témor se mit à ma hauteur

« On a des visiteurs »

Je le laissai continuer

« Ça peut être des pilleurs des sables »

Il fit une nouvelle pause

« Ils suivent les tempêtes, pillent les morts et achèvent les survivants »

Mon compliment de la veille l'avait galvanisé. Il se comportant en sage, expert.

« Ils sont un peu en retard non ? » Lui demanda de manière purement réthorique Shattasman

« Ouaip, c'est pas eux »

Ils se regardèrent quelques instants, me regardèrent ensuite.

« Chaton, sois mignon, met une capuche et cale toi au fond de la carriole »

Je m'exécutai, ayant deviné de quoi il retournait. Putain, putain de chié, des salopes d'amazones à coup sûr. La caravane se resserra, plus question pour les éclaireurs de s'écarter. Nous ralentîmes considérablement notre vitesse et Témor se mit de front bien évidemment.

Je me risqua à regarder à l'extérieur que lorsque notre convoi se stoppa complètement.

Effectivement, il s'agissait d'un continent de chasseuses. Et tandis qu'elles discutaient avec le capitaine des chevaliers, Shattasman et Témor, deux se détachèrent, se baladant entre les chariots et les hommes pour nous inspecter.

Épées en mains, dissimulées par des couvertures

Une d'entre elle, vêtue d'un thoab (une sorte de robe recouvrant l'ensemble du corps) et d'un turban tous deux de couleur sombre (comme ses sœurs) s'aventura près de mon chariot. Je pris garde de toujours lui présenter l'arrière de ma tête encapuchonnée

L'esprit en éveil prêt à la repousser d'une décharge mentale.

Je sentis son regard sur ma nuque. Elle me trouvait louche, je le sus immédiatement.

J'allais lui bondir dessus à cette sauvage.

Elle ne pris pas la peine d'utiliser son dialecte tribal pour appeler sa chef. Elle voulait que je la comprenne.

« Première sœur ! Il en ont un ! »

Là ma grande tu vas prendre cher.

La première sœur, que j’entre-apercevait, dis deux mots à nos trois représentants et il se mirent à tous venir vers moi

Témor, en un coup pleine tête je te prie.

A portée, la première pute s'exprima à haute voix

« Que votre … ami ? Ne s'inquiète pas nous ne sommes pas intéressées par sa pelure »

J'estimai nos chances au combat, nous n'étions pas en infériorité, au pire à armes égales, je décidai donc de leur tenir tête. En commençant pas me découvrir complètement la gueule.

« L'inquiétude n'est pas de notre côté » lui lançai-je.

Regard désapprobateur de Shattasman. Pour une fois ce n'était pas Témor qui envenimait la discussion.

« Que votre animal ne fasse pas trop le beau non plus » dit-elle en regardant Shattasman. Puis à mon égard :

« Vos compagnons nous ont succinctement expliqué les raisons pour lesquelles vous étiez en train de traverser le désert en plein milieu de notre territoire. »

Et sans me laisser le temps de répondre :

« Vous êtes à la recherche d'une légende ancienne. Un endroit oublié qu'on nomme à demi mot dans les contes du désert pour effrayer les enfants »

Que vous enlevez à leur parents, saletés. Mais je gardai cette réflexion pour moi en revanche.

Shattasman reprit les explications :

« Elles nous ont demandé la raison de notre voyage, et lorsque nous leur avons parlé d'une très grand tombeau caché et très ancien, elles nous ont fait part de légendes anciennes qui pourraient correspondre »

« La coïncidence paraît grossière » lui répondis-je en regardant du coin de l'œil les amazones avec méfiance

Je n’eus que du mépris comme réponse.

Témor intervint à son tour

« Elles vont nous guider »

Étais-ce moi qui faisais preuve d'une paranoïa décuplée en présence de mes ennemies héréditaires ? Après tout, les autres peuples ont tendance à penser que les amazones sont de confiance. Mon peuple doit effectivement être dans l'erreur.

Hormis le fait que nous soyons a priori les seuls à les haïr, avec les gorgones et les elfes noirs peut être, qui soyons honnêtes ne sont pas les races les plus appréciées et loyales de notre monde, les amazones pratiquent la chasse au Félis, qu'on peut, mais il y aurait débat avec elles, assimiler à une chasse à l'homme. Ainsi que l’enlèvement d'enfants donc, dont je parlais plus haut dans ce chapitre. Et oui les femmes ne se reproduisent pas sans homme, et celles-ci sont suffisamment fanatiques pour refuser de se faire toucher, même pour perpétuer la population. Et comme les villages ciblées ne disposent d’aucune protection et encore moins de moyens d'aller chercher les bébés …

En conclusion, ça doit effectivement venir de ma condition de Félis de n'avoir aucune confiance en un peuple de chasseuses, tueuses, ravisseuses de nourrissons.

« Shass, toi qui fit preuve de tant d'esprit de déduction, n'y a t-il rien qui te choque ? » lui fis-je sans être gêné le moins du monde par la présence des amazones dans la discussion.

« Bien, nous sommes à la recherche d'un tombeau, ou d'une bibliothèque »

« Ou d'une cathédrale » la coupai-je

« Ou d'une cathédrale effectivement, et donc ce bâtiment, serait, selon toute vraisemblance, cachée, car ensevelie, dans ce désert qui s'étend à perte de vue »

« Battisse » la repris-je « dont nous avons entendu parler uniquement par un immortel potentiellement cinglé, ayant appartenu à un ordre de chevalerie effacé des annales par, semblerait-il les muses elles-mêmes »

A ces mots je mis, discrètement les mains sur mes armes

Shass enchaîna :

« Muses qui ont tenté, du moins selon les moyens employés, de nous faire dévier de notre route, nous tuer et nous oublier. »

Shass, se mit à regarder du coin de l’œil les amazones puis Témor avec un peu plus d'insistance

Le duo continua :

« Et sur ces faits, alors que nous sommes au beau milieu de nulle part »

« Mais suffisamment proche d'une de nos garnisons » précisa la première sœur

« Mais suffisamment proche d'une de vos garnisons, enfin sûrement, il faut dire que c'est assez mal indiqué dans le secteur. »

Témor avait compris et massa langoureusement son énorme … arme à deux mains.

« Et donc, au beau milieu de ce nulle part proche d'une garnison, voilà que par chance, pour nous, un contingent d'amazone arrive et nous offre son aide … au bout de quoi … 6 ou 7 minutes ? »

« J'aurais dis 4 » me corrigea Shass

« Le temps semble plus long lorsque Félis vous avez une amazone qui tourne autour de votre caserne »

« La relativité du temps au sujet de laquelle tu écrivais il y a quelques jours encore » badina la néréide.

« Mouais, faudra penser à arrêter de lire au dessus de mon épaule aussi »

« Et pour finir les amazones sont très religieuses »

« Très, dévouées à Erato »

« Qui n'est pas la plus vindicative »

« Peut-être même la moins »

« Sinon je peux lancer un sort ? »

Même Spressenzideutche avait compris

« MOURREZ INFIDELES » hurla la première sœur.

De mon chariot je bondis sur celle-ci, qui eu l’amabilité de tomber à la renverse, de ce que j'entendis, la masse de Témor désarçonna une autre des sœurs et la bataille éclata. Je savais mon adversaire terrible, elle me repoussa à l'aide de ces jambes et par un simple saut, se remis debout et se mis en garde à l'aide de sa lance.

Lances contre épées en combat rapproché, elles ne partaient pas gagnantes, mais l'effet de surprise jouait pour elles.

Alors oui la première sœur me tint à distance, para mes épées une demi douzaine de fois, mais ne fut pas des plus menaçantes non plus, d’autant que j’eus la bonne idée de rester très proche d'elle.

Je vis Témor enfoncer une cage thoracique de plus, je vis shass se cacher, ses talents liés à la sphère de Neptune ne lui seraient d’aucune aide dans ce désert et je vis un autre nuage de sable se former à quelques mètres de nous, et je vis les amazones beugler. Un putain de scorpion géant !

« Bob ? »

« Euh … Gniaaia blobgbloubloum ??» tenta-t-il

Je cherchai Spressen pour l'enjoindre à lancer son fameux sort mais sur la bestiole.

« En fait le scorpion c'est moi » nous avoua-t-elle

Celui-ci mis les amazones en fuite, puis revint à sa taille d'origine. Dans un concert de cris des deux camps, personne n'osant attaquer le monstre.

Au final Témor eu l'avant dernier mot en écrasant de sa botte le pauvre insecte qui nous avait pourtant aidé malgré lui .

Le dernier mot fut pour moi. La première sœur, au cœur de la bataille ne peut s'enfuir avec ses copines. Nous la fîmes prisonnière.

Tag(s) : #medfan, #médiéval fantastique, #médiéval, #blasphème, #roman, #Littérature, #fantastique, #JDR

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :