Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ils vont venir, pas tous mais au moins les principaux. Vont rester chez eux les conjoints et conjointes trop fatigués pour faire le déplacement « et puis demain y a cours de yoga aquatique maman qui vient / jour de marché » (entourez la bonne solution). Je m'affaire aux derniers préparatifs, surtout la gestion de l'alcool (une facture terrible !) lorsque le téléphone sonne : les désistements de dernière minute, ceux qui arrivent toujours mais qu'on ne souhaite pas voir arriver. Je me surprends à m'entendre les supplier de venir en argumentant sur l'importance vitale (ahahah) de la soirée, qu'elle se doit d'être festive, qu'elle ne peut l'être sans eux, que tous seront là, même ceux qu'ils apprécient moins, mais que j'ai besoin de leur présence. Alors ils acceptent, un peu à contrecœur, en grognant, mais ils viendront. S'ils savaient … Bah ! Ils sauront bientôt.

J'ai prévenu les voisins, gentil geste de ma part, quand on sait à quel point ils peuvent être casse-couilles imprévisiblement.

Chers, très chers voisins

C'est avec une joie certaine et une émotion particulière que je vous annonce, par la présente, qu'une grosse soirée est en cours de préparation. Point de pendaison de crémaillère puisque je suis parmi vous depuis quelques temps déjà, et que cette pauvre crémaillère n'a pas pu être pendu (manque de place et plafond un peu bas) mais bien écartelée, éviscérée et autres joyeuseté qui nous sont , à l'époque, passées par la tête

La date fixée à ce jour est vendredi prochain. Je me permets de vous prévenir car le niveau sonore risque d'être un tantinet plus élevé qu'a l'accoutumé au niveau de l'appartement soit 4e étage 2e gauche.

Si le niveau en question est insupportable ou que l'envie vous prends, vous pouvez toujours venir boire un verre.

Dernière petite précision, la soirée est costumée (nous n'allons pas réellement costumer la soirée, ce sont les gens qui le seront, bref …) n'ayez pas peur si, dans les parties communes, vous croisez des êtres étrangement vêtus à une heure plus ou moins avancée de la même soirée

Le carnage est prévu pour 20h. A 20h10 les premiers arrivent, ils n'ont pas le temps de s’asseoir qu'ils ont déjà un shot derrière la cravate et un cocktail dans la main.

C'est amusant de voir à quel point tous les groupes d'amis peuvent se ressembler. Nous avons tous des amis en couple (Clark Kent et Loïs Lane) qui, estimant avoir réussi leur vie, se répandent en conseils sur la vie des autres. Conseils qui consistent souvent à « faire comme eux. »

Vient ensuite le couple construit sur un idéal physique (Le pompier en uniforme et sa danseuse du ventre). Il voulait une grande brune, elle un mec sportif et donc baraqué (oui apparemment ça va forcement de paire). Voilà fin de la liste des atomes crochus se décrochant peu à peu, surtout à mesure que d'autres sportifs ou grandes brunes passent à proximité.

Nous évoquerons aussi le couple trop heureux de tout (Batman et la schtroumpfette ), ils sont heureux et ça dégouline de guimauve, tout n'est que joie et bonheur même les petits tracas sont des occasions de renforcer cette utopie. En trois mots comme en cent, ils sont chiants. Rien n'existe en dehors de ce système autarcique.

Et puis il y a leurs variantes en couple ou célibataires : les aigris, les libidineux, les timides, les asexués, les refoulés, les pleins d'espoir et les blasés : Cendrillon, Clark Kent (oui un second, il faut bien avouer que le costume est facile à faire), Scream, le vampire, le prêtre, le braqueur et le flic, Bob L'éponge, Elvira, le zombie et la chasseuse de zombies.

Mais sur le moment je m'en fous, ils peuvent avoir tous les défauts du monde, je les aime ces petits cons et je redoute de plus en plus de leur annoncer. Mais quel autre choix ?

Nous sommes repus, la musique nous assourdit et nous fait parler fort, à moins que ne soit l'alcool. Et alors que je me dis que je vais laisser filer, le prêtre coupe le son et se retourne vers moi, verre levé

« Alors ! C'est quoi cette nouvelle mon grand ?»

Ben tu vois mon père, le grand là il se ratatine, le pire dans les annonces, c'est quand le moment nous est imposé. Mais bon je les ai fait venir, je peux pas leur vendre une promotion, encore moins une démission, tous les regards sont sur moi, tous scandent et appellent à la révélation.

Alors révélation il y aura, je pose mon verre, arrête d’enlacer cendrillon et cesse de me rêver en cordonnier. Et je leur dit, tel qu'on me l'a annoncé ou presque. Que ces baisses de formes, ces piques de fatigue, n'en étaient pas. Que la vie me fuit, que ça peut paraître bizarre cette impudeur, mais comme je n'en ai pas vu certains depuis un an, statistiquement ça pourrait être notre dernier soir ensemble. J'ai imaginé ce moment cent fois depuis que je sais, mais la seule réponse que j'obtiens est celle à laquelle je n'avais pas songé : le silence, total, absolu. Incrédulité, stupeur ou traumatisme ?

C'est le pompier qui émet les premiers décibels : « C'est une blague ?»

Je sais que j'ai pas d'humour mon grand, mais quitte à faire une blague je t'aurais fait un bon vieux monsieur et madame LALALALALALA ont deux enfants. J'ai jamais aimé l'humour sur la mort des autres, alors la mienne tu imagines bien. Encore que ...

Scream enlève son masque, cendrillon sanglote, la danseuse du ventre vomit par la fenêtre (alcool ou choc ?) et les autres restent prostrés ne sachant pas quoi dire. Je reprends mon verre, le vide, et vais consoler cendrillon. On m'entoure, on m'encercle, on m'étreint, et les pleurs tombent les uns après les autres, comme des dominos. Ça va aller les gens, ça va aller

Batman s'y met : « tu vas faire quoi ? » regards désapprobateur d'une bonne moitié des convives, pas conne ta question Bruce, alors je rebondis avant que tu te fasses casser le dos une seconde fois. A la vérité j'en sais rien, le diagnostique est définitif oui oui second Clark. Non je n'ai pas consulté d'autres spécialistes ni demandé de second avis non monsieur l'agent. Non ça ne se guérit pas non, sinon je n'aurais pas six mois à vivre cher Comte Dracula.

Je remet la musique, plus doucement, me ressers un verre et le drame devient débat.Comme si j'avais dit que le meilleur pire Alien était le 2, ou que Star Wars était une sextologie bien moisie. On me prends la parole, on ne me la rends pas, on tente de me raisonner, que les erreurs arrivent. J'argumente sur la perte de temps, disant que de toutes façons on saura bien vite si le diagnostique était le bon. La question étant : comment occuper au mieux ces six mois.

Bob l'éponge a la proposition la plus séduisante : « Voyage, si tu restes ici, tu vas cocher les jours sur un calendrier de la poste, on va venir te voir tellement souvent que tu auras l'impression d'être un mourant à qui on rends visite sur son lit de mort, ok tu vas t'éloigner e nous et effectivement on risque de te voir encore une fois ou deux … mais on s'en fout un peu de nous non, ce qui compte c'est toi »

Le reste de la soirée : alcool, discussions, sanglots, trois propositions de sessions de sexe intensives et encore un peu de vomi.

Tag(s) : #mort, #m2f, #roman, #Littérature, #noir, #policier

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :