Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

    Rei m'a à nouveau confié son livre. Non sans avoir passé quinze bonnes minutes, à l'auberge, à me rabâcher de ne pas prendre son ouvrage comme brouillon, puis durant tout le trajet, par intermittence entre deux monologues sur la fin de vie prématurée qu'il allait connaître. Encore dix de plus au moment de me lâcher son précieux, en me faisant promettre de ne pas le laisser à la fée.


    Donc soyons factuelle sans pour autant être analytique : le combat qui va se dérouler va ainsi être un « chacun pour soi », ce qui me paraît très intéressant, étant donné que sur tous les participants nous pouvons déjà discerner un doublon avec Témor et Rei, une triplette avec le nain, le géant et l'elfe et deux autres, solitaires eux, qui, si ils ont pour deux muses de bronze de bon sens, éviteront de se combattre l'un l'autre.

    Mais j'écris, j'écris et les combattants rentrent dans l'arène tous ensemble de l'unique entrée, permettant ainsi au géant et à Témor de ne pas se lâcher du regard tout en se souriant le genre de sourire que le chasseur a, lorsque sa proie s’apprête à être … « attrapée »

    L'annonceur présente les combattants.

 

     Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, l'heure est venue d'assister à la finale du tournoi mondiale. Venant de Sophocle, versé dans les arcanes divines, le grand mage Illibili. Arrivant de Plutarque, mesurant près de 3m15 pour 290 kg oui vous ne rêvez pas il s'agit bien du géant Minibus !

     Originaire de la cité elfique de Myron, le splendide archer elfe sylvain Fleurdanus. Débarquant tout droit de l'île de Phidias le Félis Rei. A ses cotés, mesurant 2m10 pour 160 Kg le nomade Krakan Témor Babar !

 

     La foule exultant à chacun des noms, comme si elle connaissait les combattants de longue date. Supporteurs de la dernière heure, ils oublieraient bien vite leur favori dans quelques heures.

 

     Félis elle-aussi, mais venant du mont Pinde : Kate. Enfin le dernier combattant nous vient de Ictinos, 1m38 pour 85 kg : le nain Dragibus. Et enfin venant des terribles îles Polyclète, Cassy la Gorgone !

     Combattants ! Présentez vos honneurs au souverain de notre cité et du royaume des Hommes : Ulysseus


 

Présentation des combattants au roi, poings portés au cœur, signes de têtes. 

Mais où est l'amazone ?

 

 

    Combattants, préparez vous, le combat sera lancé au gong !

 

    En un grand cercle, de manière à tous s'observer : Témor n'ayant d'yeux que pour le géant qui semble s'en amuser. Et Rei pour sa congénère, mais sans aucun doute pour d'autres motifs

 

Et le gong retentit.

 

    La phase d’observation continue. L'elfe, Fleurdanus (!), l'arc en main mais flèches dans le carquois. Le nain jouant avec sa hache double, comme une majorette à l’échauffement.

La tension monte, proportionnellement à mon étonnement de ne pas voir Témor charger comme un taureau.


    C'est l'elfe qui prends l'initiative, décochant 2 flèches avec une rapidité frisant celle d'Hermès, visant la Félis. Celle-ci avec une rapidité égale les esquive, elles auraient emportée sa gueule de chat le cas échéant. Le trio voudrait-il éliminer les solitaires pour éviter ainsi une alliance temporaire ?


    Quoiqu'il en soit les hostilités sont lancées, Témor se jette sur le géant, tentant de lui écraser les pieds à l'aide de sa masse familiale.

Le nain de son coté à décidé de s'en prendre au mage tandis que Rei se rapproche de sa congénère. Entre les cris de la foule et le bruit de la mêlée je ne peux entendre, mais il semblerait bien que notre chat tente de discuter avec elle.

    Après tout, moi aussi j'ai des talents cachés utilisons les.

 

    Il semblerait que chaton ai oublié la raison de sa présence puisqu'il tente de lui soutirer son curriculum. Pour seule réponse il se prends un coup de pied retourné dans les gencives. « Elle a du tempérament la petite » me susurre la fée.


    Pendant ce temps le nain parais avoir toutes les peines du monde à approcher en raison des lances flammes que mage semble avoir à la place des mains.


    Rei a enfin décidé d'agir et dans le bon sens, même si je me doute que ses raisons soient mauvaises. Il lutte contre l'elfe aidé de l'autre Félis, Kate si j'en crois l'annonceur et ce que j'ai moi même écrit quelques lignes plus tôt.


    L'elfe (je me refuse à écrire son nom une fois de plus) tire plus vite que son ombre et les chats n'ont, malgré leur propre vélocité, pas le temps de faire 2m, qu'une nouvelle volée les oblige à s'abriter ou à esquiver.

 

    Mais le public hurle ! Il a eu sa ration de sang ? Le nain a réussi, au prix de sa pilosité, à approcher du mage et à le décapiter d'une coup propre et sec. Il semblerait que Illibili (rendons une dernière fois hommage à son nom) ai été un peu confiant en pensant que l'idée de perdre barbe et cheveux empêcherait le nain de l'approcher. Pour tout vous avouer je me serais rangée de l'avis du défunt mage.

 

    Pardonne moi Rei, mais je me dois de faire une appartée pour noter une idée soudaines. De même qu'imaginer un nain se lancer dans une action qui aurait pour résultat certain la perte de sa Ô combien précieuse pilosité, peut paraître la plus grosse absurdité qu'il puisse exister. Il n'en est pas moins absurde de voir un elfe, un nain et un géant faire équipe. Et porter des pseudonymes thématiques.


    Ces êtres sont de dangereux prédateurs, apatrides, exilés (?), il n'est plus temps de prier pour la victoire de nos amis mais bien pour leur survie.

 

    Mais je me rends seulement compte que j'ai oublié une combattante, la gorgone, ou méduse. Pour ma défense, elle se cache entre les pylônes disposés dans l'arène. Se glisse de manière à toujours rester dans l'ombre, attendant e meilleur moment pour frapper. Tous les peuples ont toujours chercher à les massacrer, véritables monstres d'aspect, les jeunes aventuriers pensent prouver leur bravoure en ramenant leurs têtes. Mais ce que peux savent c'est que les gorgones sont aussi une nation et qu'à ce titre elles sont organisées et civilisées. 

   Organisées mais agressives et asociales, tuant tout être débarquant sur leur île sans autorisation préalable.

 

(désolée Rei pour cette nouvelle parenthèse mais elle était nécessaire il me semble)

 

    Et donc te voilà cher Rei, au corps à corps avec l'elfe et Kate, tu lui fais confiance, comment une félis pourrais trahir un félis ? Mais n'oublie pas à ce combat il ne peut y avoir qu'un gagnant.


    Les coups s’enchaînent à toute vitesse, tu vise tête, torse, bras, puis à nouveau tête, il évite, esquive, pare avec son arc. Attention ton archer est mortellement dangereux. Lorsqu'un elfe utilise un arc pour se battre au corps à corps … et avec succès en plus

Ô certes Kate vise elle les jambes, la stratégie est habile. Mais votre adversaire ne s'en laisse pas compter.


    Le public crie encore. Ce combat comble le manque généré par l'absence toute relative de sang des premiers tours.

    Le géant s'est servi plusieurs fois de Témor comme balle, et l'a projeté au moins à deux reprises dans un de ces fameux pylônes. La gorgone aurait pu en profiter pour mettre notre ami hors combat mais elle semble attendre une opportunité pour se débarrasser des véritables menaces.

    Témor se relève, encore, et court vers son ennemi, ce dernier arme son immense gourdin, sûrement pour tenter de décapiter le Krakan. Mais celcui ci, dans une manœuvre qu'il me semble l'avoir djà vu tenter, se jette en glissage sous le géant pour lui asséner un coup tellement vicieux et bas que la foule en délire se tait laissant les hurlements du géant s'exprimer à plein volume.

 

    Je scrute ses alliés, le nain a aperçu la gorgone, l'elfe exécute un parfait salto arrière, prends une flèche et vise … Témor, au même endroit. Double hurlement masculin que l'on vient d’émasculer.

Dans le même mouvement le nain à décapité pour la seconde fois. La gorgone ne rentrera pas sur son île.

 

    Ô rei comme tu es naïf, ta semblable à tes cotés , les yeux rivés sur Témor et l'elfe, tu n'a pas vu le coup venir, et te voici inconscient, trahi par une des tiennes. Face à ses deux ennemis, elle … déposent les armes et se rend. Elle t'a surement sauvé la vie. L'elfe et le nain se regardent et comptent leurs victimes, deux têtes d'un coté, une paire de … de l'autre : l'elfe abandonne lui aussi, laissant son équipier gagner le tournoi.

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0