Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

         Je suis dans le chariot, tiré par les chevaux. Témor est lui à dos de

         « OH ! Mais il vient de se passer quoi là ? »

         « Quoi ? Pomme de terre s'est laissé aller ? Me demanda Témor

         « Pomme de terre ? » fis-je

         « Pomme de terre ? » enchérit Shattasman

         « Le bœuf » répondit Spressenzideutche, un tantinet blasée

         « Ouaip j'ai nommé mon bœuf ! Et c'est Pomme de terre » dit-il fier de lui. « Alors mon bœuf s'est lâcher c'est ça ? »

         « Mais … mais non ! Je m'en tape de ta patate ! »

         « Attention, faut pas confondre patates et pommes de terre ! » me corrigea-t-il, presque inquiétant.

         « Mais encore une fois : je m'en tape ! Vous n'avez rien senti ? »

         « C'est à dire ? » commença à s’inquiéter Shattasman.

         « Mais, mais on es où là ? Il y a deux secondes nous étions sur le point de rentrer dans une auberge de voyage pourrie, et là on est en ballade avec le chariot réparé » m'expliquais-je.

         « Tu affabules » tenta de conclure Témor.

         « Tu veux de l'eau » s’inquiéta Spressenzideutche.

         « Développe » me demanda Shattasman.

         « On était dans un village moisi »

         « Je confirme »

         « Où nous avons été reçu avec pioches, pelles et fourches »

         « Je réaffirme »

         « Tu as négocié, et on a pu rentrer dans une taverne toute aussi pourrie »

         « Certifié ! »

         « Et là le blanc, ou plutôt le gris clair. Je me souviens de questions sur un maréchal-ferrant, puis tout s'estompe »

         « As tu bu de l'alcool durant cette soirée ? » me questionna Shass.

         « Pas une goutte, surtout dans un tripot pareil. » lui répondis-je, sûr de moi.

         « Mais tu consignes tout, ou presque, dans Nourjal » me fit remarquer la fée.

         Et c’est là que je me mis à chercher frénétiquement mon journal. A tourner, furieusement, les pages, manquant d'en arracher certaines. Et je me rendis compte du sacrilège: l'encre, du chapitre précédent, disparaissait ligne après ligne. Phénomène que je n'avais jamais expérimenté. Ça, plus la perte de mémoire

         « L'oubli » fîmes-nous en cœur avec Shattasman

         Les deux autres nous regardèrent. Nous stoppâmes notre caravane. Surveillâmes les alentours, alors que nous étions en pleine campagne.

         « Nous avons, … aurions, été victime de l'oubli. »

         « Seulement chaton non ? » tenta de se rassurer Spressen.

         « Te souviens-tu de la soirée, de la matinée, du chariot avec son essieu endommagé, et de comment nous avons fait pour le réparer ? » lui demandais-je de manière très réthorique.

         « Je … euh … non »

         « Elles nous surveillent ? » s’émut Témor.

         « Difficile à dire » répondit Shass. « L'oubli, peut être un acte conscient de leur part, ou inconscient. Et pourquoi pas les deux, selon les cas. On en sait peu, elles ne communiquent pas beaucoup sur ce sujet, quant aux victimes ... »

         « Elles ont été oubliées » termina Témor « Mais qu 'avons nous fait pour susciter leur attention ? »

         « Aurions nous manquer à nos hommages ? » se demanda la fée

         « Pas moi en tous cas ! J'écris chaque jour ou presque » m'insurgeai-je

         « Les tombeaux, je ne vois que cela, ils doivent renfermer quelque chose qui leur déplaît »

         « Où sommes nous d'ailleurs, et où allions nous ? Et pourquoi l'effet n'est que partiel et temporaire»

         « Calme toi, chaton, je ne suis pas sûre que tu aimerais les réponses à toutes tes questions passées ou à venir de toutes façons. »

         « On a rien découvert pour le moment, nous sommes insignifiants, ou alors elles jouent » Effectivement les éléments de réponses apportés par Témor n'étaient pas rassurants.

         « Pour moi, en ce qui concerne la partie pratique, nous étions en route vers le prochain tombeau de la liste, quant à l'endroit où nous sommes ... » Shass rentra dans le chariot et se mit à fouiller je ne sais pour quelle raison.

         Témor regarda le ciel « Nous ne sommes plus dans la même région »

         « ? »

         « Les astres, du moins ceux visibles en plein jour, ils n'ont pas le même alignement »

         « Confirmé par l'état des vivres, plusieurs jours ont passé »

         « Mais putain ou est ce qu'on est … On ferais pas mieux d’arrêter avant que »

         « Non » me firent Témor et Shattasman

         « Si on met le doigt sur quelque chose d'important, je ne vais pas lâcher » commença la seconde

         « Mêmes les muses ne sauraient se foutre de moi ainsi » répondit le premier à sa suite.

        

         Il s’avéra que nous étions alors au Nord de Thucydide. Nous avions fait réparer notre chariot, fait chemin arrière, traversé à nouveau la plus grande ville du monde connu, et ce, sans aucun putain de souvenir.

 

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0