Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

        Et ce même si l’invitation en question n’est pas pour un banquet.

        D’aucuns aurait pu penser que nous serions fêtés en héros, imaginez, sauver une ville ! Nous ! Mais non. Lorsque les mots « invitations » et  « sur le champ » sont utilisés dans la même phrase, c’est rarement cordial. Au moins n’étions-nous pas emprisonnés. C’était déjà ça

 

        Et donc, Témor, Shattasman, Spressensiedeustch et moi, dans un vestibule. Attendant …

        Témor : Héhé !

        Moi : Quoi héhé ?

        Témor : Une bonne baston, et maintenant une bonne récompense

        Shass : …

        Spressen : flap flap flap (bruit des ailes de fée)

        Moi : Tu sais Témor, ça m’étonnerait qu’on nous accueille avec les honneurs

        Témor : On a tout péter !

        Moi : Justement … enfin pas trop pour une fois en fait … mais au-delà de ça, lorsque les mots « invitations » et  « sur le champ » sont utilisés dans la même phrase, c’est rarement cordial.

 

        Oui je sais. Vous avez sûrement l’impression que je me répète, mais il fallait bien que je lui dise à lui aussi.

 

        Shass : …

 

Elle sait très bien faire le « … »

 

        Spressen : Elle aime peut être pas perdre de temps pour remettre une récompense ?

        Témor : Ouaip !

        Moi : Ah ouais ! On en est à ce niveau-là de naïveté !

        Shass : Non non, de connerie, allons y franchement.

        Tête de fée vexée, ça n’allait pas adoucir leurs relations.

        Shass : Que viens faire une duchesse dans ce trou ?

        Moi : Elle suit ses troupes ?

        Shass : Non. Une noble ne vient pas en carrosse pour suivre son armée partie à l’assaut de morts vivants.

        Spressen : Je suis peut être naïve mais pas paranoïaque moi !

        Shass : C’est Reï qui a dit naïve, moi j’ai dit conne

 

Ambiance …

 

Silence … et bourgmestre en majordome

 

        « Si vous voulez bien me suivre, la duchesse va vous recevoir »

 

        Mais nous le voulons bien mon brave, vite même, pressons le pas, découvrons ce, pourquoi, on nous a convoqué si prestement, avant la fée ne se décide à lancer un sort aléatoire dans une bourgade qui a connu son lot d’émotions pour les deux prochains siècles.

        Changement d’ambiance. Impression de pénétrer une caverne creusée dans un glacier. La duchesse avait réquisitionné le bureau du bourgmestre. Investi serait peut-être le terme le plus approprié, tellement sa présence envahissait cette pièce modeste.

        Habits riches, bien évidemment, mais pas tape-à-l’œil. Regard froid et sévère, bref, elle n’avait pas l’habitude d’exercer son autorité, elle était née pour.

 

        « Prenez place » nous ordonna-t-elle en nous désignant les sièges.

        « Je préfère rester debout » lui répondit Témor avec un grand sourire béat, alors que nous étions tous, à l’exception de la fée bien entendu, presque assis.

 

Regards interloqués

 

        « Ben quoi, pour les récompenses, le protocole c’est bien debout non ? »

        « Témor, tu te souviens de la partie de la discussion sur la thématique du rarement cordial ? » tentai-je naïvement.

        « Des mots de 2 syllabes, pas plus » fit une Shattasman de plus en plus cassante.

        « Je veux ma médaille » un enfant de 7 ans faisant un caprice.

        « Oh mais vous en aurez une vaillant Krakan, mais commencez par me donner votre nom et les circonstances vous ayant amenées à arriver dans notre région au meilleur moment pour sauver nos vies » Le gant de fer faisait preuve de diplomatie, de duplicité. Et l’autre gros balourd allait plonger la tête baissée. Ce qui fit s’activer Shass

        « Vous nous faites trop d’honneur en estimant que nos modestes actions …»

        « Hey ! » protestation de Témor

        « … aient pu renverser une situation que votre armée semblait sur le point de maîtriser. »

        « Votre modestie n’a d’égale que votre courage, je vous assure que votre contribution fût plus qu’appréciée » jeu de dupes, jeu de dupes ….

        « Voilà ! » Témor toujours …

        « Nous ne sommes que de simples voyageurs ayant craint pour leurs vies autant que pour les vôtres. La malchance nous a fait nous retrouver devant le seigneur squelette, la chance nous a permis de nous en tirer à très bon compte. »

        « Oh ! » … et encore.

        «  Les Muses étaient avec vous et avec nous donc. » En revanche si elle commence à se moquer … 

        « Et avec vos sympathiques villageois, car le hasard qui nous a conduit en ces lieux, semble aussi avoir conduit vos soldats » Shass passa à l’offensive

        « Comment cela ? » La duchesse sembla s’amuser de ce jeu. Shass semblai avoir pris le dessus mais cela pouvait s’avérer dangereux pour elle et pour nous.

        « Ce bourg, pour le peu que nous ayons pu en voir, ne dispose pas d’une garnison, et eu égard aux dégâts, peu importants, que les morts vivants ont fait, j’imagine que vos troupes sont arrivées bien vite, ou était déjà sur place au moment de l’attaque.

Silence.

 

        Évaluation de la situation par les protagonistes.

La duchesse voulait de toute évidence des informations.

Shattasman avait compris que la duchesse en avaient aussi à fournir

Témor voulait une médaille

Et la fée s’en foutait un peu.

Changement d’ambiance

 

        « Je pourrais vous faire mettre aux fers, et vous dépouiller de votre savoir. » Plus de compliments, de louanges ou de promesses de récompenses

        « L’emploi du conditionnel nous montre que vous savez pertinemment qu’une telle action serait hasardeuse et contre-productive » Plus de modestie, de bonne fortune ou de discrétion.

        « Un groupe de voyageurs aussi … » la duchesse nous passa en revue, nous dévisageant un par un. «  Hétéroclite que le vôtre … il faut effectivement s’en défier. »

        « Vous n’êtes pas la première à nous le dire » Narcissisme ?

Statu-quo

Silence

Regards soutenus.

 

        La duchesse n’avait pas habitude de perdre ce genre d’échanges, surtout face à des gens de notre condition. Ce fût Shass qui rouvrit les pourparlers.

« Il se pourrait que nous soyons venus en ce lieux pour consulter des ouvrages »

        La duchesse adapta son ton

        « Il se pourrait que ces lieux aient connus dernièrement un regain d’intérêt m’ayant forcée à anticiper une catastrophe »

        « D’intérêt ? Une des grandes maisons ? » Premiers signes d’une défaite de Shass ?

        « Effectivement, il faut se défier de vous, si vous évoquer les grandes maisons. » Elle avait pris des points, mais décida de faire un pas vers nous. « Non, pourraient-elles, elles aussi, intervenir ? »

        « A priori non, d’où mon étonnement »

        « Un homme est venu il y a quelques temps, il a fouillé la bibliothèque, avec acharnement, posé des questions et même commencé à creuser la nuit tombée, pensant ne pas être découvert. »

        « Bien belle bibliothèque au passage »

        « Merci, elle fut bâtie il y a des siècles. Certaines légendes locales imputent même sa construction à Athéna elle-même »

        « Qu’avez-vous fait de ce maraud ? »

        « Nous l’avons banni pour de bon et certains de mes hommes l’ont surveillé de près lorsque le bourgmestre m’a rapporté cette histoire et la suite. »

        « La suite ? »

        « Des événements étranges, des disparitions, des bruits immondes dans la nuit, des phénomènes inexplicables. Quelque chose me dit que vous sauriez expliquer les agissements de cet homme »

        « où se trouve-t-il »

La duchesse se délecta de sa victoire quelques instants.

        « Vous allez me devoir des informations vous-aussi. »

Silence(s)

Elle reprit : « Eschyle, emprisonné pour un temps certain. »

 

        « Merde » fit une Shattasman blasée, dégoûtée. J'ai mentionné Eschyle auparavant,lorsque nous étions emprisonnés à Kouskas. Il était inenvisageable que Shattasman, Témor et encore moins Spressenzideutche mette ne serait-ce qu'un orteil sur cette île.

        « Nous aurions eu besoin de savoir ce qu'il savait lui même. Mais peut-être pourriez vous le faire interroger ? » tenta Shass

        « Et qu'elle raison aurais-je de faire ceci ? … Mais n'y pensez pas, Eschyle est bien loin de ma juridiction, de la juridiction de tous d'ailleurs. »

        « Nous allons donc vous demander de pouvoir fouiller la bibliothèque et particulièrement l'endroit d'où sont sorti ces abominations » continua Shass, toujours déçue.

        « Je n'ai toujours rien obtenu en contrepartie. » tempéra la duchesse.

        « Vous aurez vos informations à notre sortie, cette visite nous permettant de consolider, de vérifier celles-ci. »

        « Soit, mais, si je comprends votre déception à l’évocation d'Eschyle, pourquoi ne pas envoyer votre ami Félis ? Il ne risque pas grand chose à priori. »

        « Qui ? Moi ? »

        « Seul en Eschyle ? Oui c'est un risque à prendre » commenta Shass

        « Au pire il reviendra sans information. » encouragea la duchesse.

        « Euh... ça ne vous dérange pas trop de parler de moi à la troisième personne ? »

        « Le voyage pourrait être un peu long, mais vous pourriez visiter la bibliothèque et me faire un retour complet et détaillé de votre histoire. » continua-t-elle.

        « Non apparemment ça ne vous dérange pas trop. »

        « Je pourrais même vous prêter un attelage pour que vous puissiez arriver à la côte dans les plus brefs délais » finit-elle par me dire, se souvenant de ma présence. Mais nulle question, tout était établi dans sa tête. Sa posture était claire. Elle voulait devenir partie intégrante de notre aventure.

        « Et ma médaille ? » Merci Témor … merci

 

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0