Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

        La médaille nous l'avons eu, elle prit la forme d'une soirée organisée en notre honneur au manoir de la duchesse.

 

        J'avoue, que lorsque je prends la plume pour conter mes péripéties, je suis pris souvent de l'envie de décrire minutieusement le cadre, les personnes, ainsi aurais-je pu vous détailler le nombre et la taille des lustres, la richesse apparente, presque indécente des convives, expliquer le sentiment de n'être qu'une bête de foire qu'on vient observer, toucher, choisir. Vous narrer la saveur des mets qui nous furent servis. Mais tout cela serait tellement superflu et en décalage par rapport à ce que je vécu.

 

        Que la soirée fut costumée (une de plus) n'arrangea sûrement pas les choses, encore que de notre côté, même si nous avions eu le temps de trouver des déguisements, nous pouvions, une fois de plus, difficilement devenir méconnaissables.

Alors je ne sais si ce fut le relatif anonymat des convives ou l'euphorie de la victoire, mais tous semblaient bien chauds, comme des feu follet accompagnants des cracheurs de feu à la fête du solstice d'été de Hestia.

Tout commença de façon très légère.

Amuse gueules et petites coupettes

 

        Puis tout s’enchaîna très vite, trop vite peut-être. Affublée d'un masque de renarde, une noble commença à titiller Témor, sûrement excitée par l'imposante présence de notre rocailleux ami. Ce qui titilla aussi la fée : jalouse.

Une séance de devinettes et énigmes se tint dans l'un des salons. Shattasman y tua le temps et engouement des participants par la même occasion, qui du coup se rabattirent dans la salle principale qui devait être une salle de bal.

Malgré l'espace, les invités étaient compactés et Témor se fit bousculer. Non habitué, il montra les crocs et les muscles, ce qui renforça l'excitation de la renarde et la jalousie de Spressen.

Histoire de détendre l'atmosphère ou d'attirer les regards vers lui, Témor organisa une compétition de descente d'alcool. Vous savez ce genre de de jeu où que vous perdiez ou gagniez, vous ingurgitez l’équivalent de la consommation annuelle d'une amazone en moins de 12 minutes.

        Pour ma part, ma langue devenait pâteuse et mon poil hérissé à mesure que Témor expliquait les règles et que les convives enquillèrent, non, verres sur verres, mais bien bouteilles sur bouteilles.

 

        Les règles ? Un jeu à base de cartes, amis n'ayant pas de cartes il les adapta, sur le pouce, avec des dés. N'ayant pas de dés non plus, il utilisa des petits fours, des petites cuillères et un tisonnier.

 

        Les joueurs, c'est à dire 5 invités, puis 10 puis 15 puis un tiers des personnes présentes perdaient buvaient, gagnaient, buvaient mangeaient les petites fours utilisés, perturbant Témor qui du coup buvait aussi, et changeait les règles à la volée sans que personne ne s'en rende compte, pétés comme des coings comme ils l'étaient.

        Le dit Témor qui commençait à répondre aux avances , de plus en plus instantes de la renarde, qui elle-même devint aussi sobre qu'une suivante de Dionysos. Du coup pour faire diversion le fée bût et Shass, imaginant que la catastrophe approchait, décida d'aller se coucher

 

        Shattasman la clairvoyante fit bien, puisque comme convenu, la catastrophe arriva, la fée lança … non pas un sort mais un verre en travers de la gueule de la renarde qui commençait carrément à se frotter à son rocher préféré

 

        Le verre faisait une demi fée de haut, le lancé fut raté et Témor se le prit. Manque de chance et de discernement, celui ci se cru agressé par marcassin très grassouillet et maniéré, qui fit beaucoup de manières, à l'aide de grands cris suraigus, lorsqu'il traversa une pièce montée.

La marcassin de crème fouettée se releva et se mit à glousser puis à littéralement exploser de rire comme l'ensemble de la ménagerie : cheval, buffle, éléphant, mante, hérisson, ah non, il se mit à vomir dans un coin de la salle. Une thématique costumée très animalière moins le hérisson.

 

        Je me sentais presque chez moi …

 

        D'autant que me voyant en retrait, une chienne commença à vouloir liée conversation

 

        « Sympa le masque, chaton »

 

        Air de déjà vu

 

        « Votre masque est un chef-d’œuvre, on jurerait une vraie gueule de chat, le mouvement des yeux, perturbés, les lèvres tremblotantes, la truffe humide, de cette même humidité que je sens monter peu à peu en moi en voyant ces oreilles frémir à mes mots »

        « On s'est déjà croisés non ? »

        « A Thucydide effectivement » large sourire, un peu racoleur.

        « Le papillon ? »

        « Elle-même, ravie que vous vous souveniez de moi »

 

        Et pendant que je me faisais allumé comme un feu de paille un après midi d'été à la fête du solstice d'été de Hestia, la situation empira, si si, c'était bien possible

 

        Pour la renarde, Témor était devenu une volaille dont elle voulait a tout pris se délecter. Mais elle risquait de se casser les dents ou de se les faire casser par Spressenzideutche puisque cette dernière se mit, elle aussi, à picoler.

        Moi ? Ma jambe trépignait tellement vite et fortement que j'aurais pu déclencher un tremblement de terre.

 

        Je me mis à penser que Shaas était décidément la plus sage d'entre nous et qu'elle avait pris la meilleure décision depuis de nombreuses minutes, qui commençaient à devenir des heures.

 

        Je pris congé de la chienne, ma race n'ayant pas d'affinité particulière avec les canidés.

 

        Au moment où je quittais le manoir pour rejoindre la dépendance où nous logions, j'entendis une explosion puis des rires.

 

J'aurais du écrire des livres pour enfants.

 

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0