Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

         Lecture ludique : devinez qui dit quoi 

         « Bon »

         « Bon »

         « Bon »

         « Bon »

         « C’est ouvert »

         « De toute évidence »

         « Il doit y avoir du monde »

         « De toute évidence »

         « Ou des grosses bêtes immondes avec des grosses babines »

         « Oui c’est probable »

         « Lalith ? »

         « On peut l’envisager »

         « Rappelons-nous ce que nous avons appris de notre première expérience »

         « Défoncer les squelettes ? »

         « Oui aussi, mais attention aux pièges, magiques ou mécaniques, et on ne fonce pas tête baissée dans l’antre d’un animal géant »

 

         Voilà, les réponses étaient, dans l’ordre : Témor, moi, Shattasman, la fée, à nouveau moi, à nouveau Shattasman, à nouveau Témor, encore Shattasman, à nouveau la fée, encore Shattasman, encore Témor, encore moi, une dernière fois Shattasman et Témor pour conclure.

 

         J’espère sincèrement que vous aviez le bon ordre. Si j’ai le temps de jouer avec vous, c’est que nous avons suivi scrupuleusement les règles que nous avions apprises de notre première expérience. Nous avons pris garde aux pièges mécaniques et magiques, il y en avait assez peu. Même aucun pour être totalement franc. Nous n’avons pas foncé tête baissée dans l’antre d’un animal géant, là encore il y en avait assez peu, c’est-à-dire aucun. Nous avions bien en tête de prendre par surprise les Lalith ou autres pilleurs de tombeaux présents. Mais c’est notre modeste groupe qui fût pris par surprise, par les résidents.

 

         Oh pas de squelettes ou de morts vivants, mais des mortels, comme nous, ou presque. Car voyez-vous il semblerait que ce tombeau soit le lieu de résidence d’une secte religieuse. Et qu’ils nous sont tombés dessus, à … beaucoup, sans crier gare, et que nous sommes maintenant enchaînés à un mur. Ils ont eu la gentillesse de ne pas me soustraire ma plume et mon ouvrage, et les chaînes sont suffisamment longues pour nous donner un peu de liberté.

 

         « J’aurais dû le voir » s’accusa Shass

         « Comment ? » demandai-je, pour tenter de la rassurer

         « Le sol : pas de poussière, nettoyé, des pilleurs n’auraient pas nettoyé » me répondit-elle

         « Et qu’est-ce que ça aurait changé ? » enchéri-je ? « ils étaient plus nombreux, et devait nous avoir remarqué depuis notre entrée »

         « Que vont-ils faire de nous ? » interrogea Témor « ils auraient pu nous tuer, ils préfèrent des prisonniers »

         « Plusieurs choix s’offrent à eux, échange, travail forcé, cobayes »

         « Sacrifice » Shattasman fût coupée par une autre personne, prisonnière comme nous. Un grand bonhomme maigre, au teint livide. On aurait pu penser à un elfe, mais ses oreilles étaient humaines »

         « Qui es-tu » lui demanda Témor

         « Umlaut rentre en lice ! » s’exclama-t-il

         « Ooooookaaaayy » fit Témor, laissant ainsi supposé qu'il estimait que notre compagnon d'infortune allait être relativement … lourd à supporter. Mais il tenta tout de même de continuer le dialogue « sacrifice donc ? »

         « Sectateurs des jumeaux nocturnes, nous serons sacrifiés en leur nom avec la fin de la période diurne. » répondit-il.

Témor eu un regard vers Shattasman qui expira bruyamment.

         « Les jumeaux nocturnes font souvent référence aux enfants de Nyx, la mère de la nuit. Bien que jumeaux ils ont, ou plutôt avait, deux rôles bien différents. Hypnos était le dieu du sommeil, quand à Thanatos, il personnifiait la mort elle-même. »

         « … » général

         « Vous pourriez quand même vous souvenir de vos cours d'histoire ... » nous gronda-t-elle

         « Tu sais dans mes grottes … l'histoire ... »

         « Tu sais qu'en tenant ce discours, tu blasphème contre ta muse tutélaire Reî ? » me gronda-t-elle à nouveau.        « pas étonnant que l'oubli t'ai rattrapé.

         Umlaut fut pris d'un soudain regain d’intérêt mais il ne dit mot.

         « Je me permets de te faire remarquer que hormis l'albinos, on était tous à se demander qui étaient les jumeaux » me défendis-je « Et tu admettras que, si on peut excuser Témor … Spressen en revanche ... »

         « Touche pas à la fée » me fit, appuyé d'un regard très menaçant, Témor.

 

         Quelques secondes passèrent puis je repris la parole.

 

         « Et il en existe beaucoup des sectes ? »

         « De toutes sortes, et bien que plutôt discrètes et vivant dans l'ombre, on peut dire que oui, plein de petits cultes dédiées à des divinités mineurs. Ou majeures mais de manière très déviante par rapport au reste du monde.

         « C'est à dire ? » m'enquis-je.

         « Éros était le dieu de l'amour, je te laisse imaginer les orgies que des fanatiques peuvent organiser en son nom »

         « Effectivement, … Reste la question rituelle »

         « Comment on sort ? » tenta Témor

         « Exactement … ça devient une habitude »

 

 

         Quatre regards vers la fée, oui même Umlaut

 

 

         « Si vous voulez je peux tenter un sort » nous répondit-elle, avec un sourire en coin

         « La pièce est spacieuse, mais nous ne savons pas sous combien de mètres de terre nous sommes » analysa Shass. « Si tout s'écroule comme dans la prison, nous sommes morts, tout le tombeau est en pierre, si elle fout le feu on devrait pouvoir gérer, mais le principal problème ce sont les chaînes » Elle regarda la fée dans les yeux, d'un regard très insistant. « Si ton sort ne cible pas nos chaînes, quelque soit son effet ça ne nous servira à rien. Et cela pourra même potentiellement nous tuer »

         « Je vais gérer les chaînes » dit Témor. « Elles sont longues, je vais compter sur le peu d 'élan que je vais avoir »

 

         Et il s’exécuta. Il se leva, et couru sur les deux mètres que les chaînes lui permettaient, finissant son effort en forçant sur ces dernières. Et recommença, encore et encore, dans un vacarme assourdissant.

 

         « J'entends des pas, arrête » le prévins-je

 

 

         Effectivement, un humanoïde encapuchonné, rentra dans notre cellule. Nous regarda, Umlaut lui fit son plus beau sourire carnassier. Je veux dire que ses dents semblaient, toutes, taillées en pointes !

 

         « Une petite dispute entre amis » se justifia Témor

         « Et sinon on sort quand ? » tentais-je

         « Vous vous êtes installés depuis combien de temps ? Auriez-vous trouver des parchemins par le plus grand des hasards ? » demanda Shattasman.

         « Ou avez vous trouvé des chaînes à ma taille ? » questionna Spressen.

 

         L'être encapuchonné, nous toisa quelques secondes, puis reparti en claquant la porte. C'est quoi ce fétichisme que les capuches ? Pourquoi, dès que quelqu'un veut paraître inquiétant, enfile-t-il un vêtement à capuche ? D'accord c'est pratique contre les intempéries. Bien évidemment, pour ne pas être reconnu et faire preuve de discrétion c'est ce qu'on fait de mieux, avec le sort d'invisibilité il va de soit. Mais, je suis d'avis, que si on est pas capable d'être inquiétant sans, et bien on se lance dans le commerce de fruits et légumes, et pas dans les sectes à tendance sacrificielles.

 

         « La porte n'a pas de serrures, ils ont du la rajouter en arrivant » nous dit Shass. « déjà ça en moins à gérer. »

 

 

         Et Témor recommença son effort. A chaque tentative, de la poussière s’échappait du mur auquel il était attaché. Il finit en boxant dans le vide :

 

droite

crochet gauche

gauche

crochet droit

direct gauche

               cut

up        

    per

et c'est un KO Mesdames et messieurs !

 

         Les chaînes, ou plutôt le mur céda. Il laissa partir la plaque clouée, Témor se traînait maintenant, avec deux longues chaînes et leurs plaques de fixation.

         Il poussa un cri de victoire, et se précipita sur la fée pour la libérer.

 

         « Je pense que le cri était de trop » fit Shass, blasée

 

         Effectivement, à peine je commençait à réfléchir à l'idée de libérer ou non Umlaut, après tout, je ne savais rien de lui, que j'entendis à nouveau des bruits de course dans le couloir

Témor se posta à deux mètres de la porte. Se mit à faire tourner ses chaînes, et à peine ouverte, les lança en direction de la porte, fauchant le pauvre (?) premier sectateur, emportant sa putain de capuche dans le mouvement, et donc la tête avec.

 

         Les suivants se mirent sur la défensive, l'un d'eux psalmodia, et s'avança dans la pièce, une lueur bleutée apparut devant lui. Et la chaîne rebondit contre ce « bouclier ». Je rentrai alors dans la partie, de même que la fée, qui elle aussi lança un sort qui eu pur effet de générer une mini tornade. Une mini tornade donc, dans une cellule, certes spacieuse, mais avec des murs, un sol et un plafond, le tout en pierre.

         Quand nous nous relevâmes, non sans mal, nous nous lançâmes sur nos ennemis pour les assommer à nouveau.

         « Il a disparu » cria Shattasman

         « Qui ? » demandai-je

         « Umlaut »

         « Grand bien lui fasse » tenta de conclure Témor

         « Il est parti avec mon ouvrage » dis-je sombrement

 

 

         C'est pour cette raison que ce chapitre est écrit sur une feuille, de manière bien temporaire, puisque je compte bien remettre la main sur ce voleur de récits.

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0