Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

           Au final, je ne sais pas si je dois maudire, craindre ou remercier les Muses. Car bien que très inquiétante, cette mésaventure aura eu l'avantage de nous faire gagner, de manière très artificielle, quelques jours de voyage.

 

           Mais ces tombeaux, pas très bien enfouis, mais, paradoxalement, très bien cachés, semblent énerver les Muses. Loin de moi l'idée de remettre leur omnipotence en doute, mais si ceux-ci les gênent, pourquoi ne pas les avoir détruit, ou envoyer les bêtes du Styx tout ravager ? Et nous avoir fait disparaître par la même occasion …

A moins que tout cela ne soit pas lié et que, comme nous le disions précédemment, l'oublisoit dans notre cas au moins, un procédé automatique, inconscient.

          

           Mais je parle, je parle ou plutôt j'écris, et nous arrivons dans le secteur cible. Le rituel est maintenant bien rodé. Mise en place du bivouac, attribution des tours de garde, rondes et repas. En général je suis le premier à faire le guet.            L’acuité de mes sens, tout ça, tout ça.

          

           Jusqu'à maintenant tout s'est bien déroulé, si on excepte la trahison, l'oubliet le tombeau vide. Mais là, présentement, je sens dans l'air quelque chose de mauvais. Il y a quelque chose de pourri au royaume des Muses et j'ai l'impression que c'est juste sous mon museau.

Je vous passe la soirée : Témor et la fée insouciants, Shass impatiente et moi inquiet au point de doubler ma ration de garde.

          

           Au petit matin aucun bruit, pas un oiseau gazouillant. C'est à ce moment que je me suis rendu compte que, de la nuit, je n'ai pas entendu la faune se manifester non plus.

Témor était parti en éclaireur, en revenant il nous annonça que pour rejoindre notre but, il nous faudrait traverser une zone marécageuse. Joie, nous avons prévu un certain nombre de choses mais, débutants que nous sommes, les bottes en caoutchouc n'en faisaient point partie.

          

           Impossible de rapprocher notre campement avec le chariot. Ce bougre de Krakan semblait avoir raison : il y avait bien un marais, bien glauque en plus, avec son lot d'insectes volants, rampants, et autres saloperies grouillantes sûrement dans cette … eau ?

           Notre tombeau semblait bien être, soit de l'autre coté, soit en plein dedans, et il semblait impossible de contourner.

           « Bon ben ça va être sale » confirma-t-il

           « On attaque quand ? » demandais-je, inquiet.

           « Le plus tôt sera le mieux » répondit Shattasman

           « Sinon je peux lancer un sort » proposa la fée.

           Regards, silences

           « En même temps ça peut difficilement être pire » rassura Témor

           « Sauf si elle transforme le marais en zone volcanique » tempera Shattasman

           « Elle peut faire ça ? » fis-je totalement médusé (rien à voir avec les gorgones)

           « Avec les mages aléatoires, ça dépend des jours... » confirma Témor

           « Hey ! J'aime pas trop beaucoup ça, qu'on parle de moi à la troisième personne. »

           « Comprends qu'on s'inquiète » lui expliqua Témor

           « Ça va vous étonner, mais moi, je la laisserais bien tenter de transformer le terrain. » continuai-je

           « Et si elle nous bouche l'entrée ? » tempéra, à nouveau, Shass

           « Elle en a le pouvoir ? »

           « Avec les mages aléatoire, ça dépend des jours »

           « Hey ! Troisième personne encore ! »

           « Vas-y lance » lui commandai-je

           « Comment ?? » s'en étonna-t-elle

           « Tu voulais lancer un sort non ? Alors lance, Témor est toujours pour tenter des trucs cons, et pour une fois, je    suis pour aussi. Alors même si Shass est contre, à la majorité, tu peux y aller. »

           « Pour de vrai ? »

           « Pour de vrai, vas y lance, envoi du rêve, après toutes ces fois où on t'a dis non. »

           « Sauf chez les Lalith où elle a tout fait cramer » nous remémora Shattasman

           « C'était ton plan » lui dis-je remarquer.

           « Et dans la prison, qu'on s'est pis sur la gueule » continua-t-elle.

           « Ouais mais là on est en plein air » remarqua Témor.

           « Imparable »

           « Et qui a dis que nous étions un groupe démocratique ? » conclut Shattasman.

           La fée se concentra pour y coller tout la magie qu'elle avait pu accumuler depuis des jours et des jours. Au début rien, comme à chaque fois je crois bien. Et puis le marais devint de plus en plus petit, il s'éloignait … car nous nous envolions. Elle faisait voler un chat cette conne !

           « Et comment on se dirige ? On a pas d'ailes nous ! »

           « Agite les bras » me répondit un Témor goguenard.

           « Je vais vomir » nous signala Shass.

           « Vous ne volez pas, vous lévitez » corrigea la fée

           « C'est quoi la différence ? Hors sémantique ? «  lui demandai-je, tout en me foutant éperdument de la réponse.

           « On flotte, mais pour où ? » questionna Shass.

           « Si on a de la chance, le tombeau » répondit Spressenzideutche.

           « Et si on en pas ? » continua Shattasman.

           « C'est loin le soleil ? » dit un Témor surexcité.

           « Ça vaudrait mieux que le mont Parnasse »

           Rires, nerveux, mais rire tout de même

           « Non mais la vraie question est de savoir comment on atterri, car là, on est bien à 80 .. 100m de haut » recentra  Shattasman.

           « J'arrive Icare ! » cria Témor

           « Mais il est complètement stone le gros » fis-je remarquer

           « En même temps pour un semi élémentaire de terre ... » dit Shass.

           « Là ! » cria Témor

           « Quoi là ? » lui demanda Shass

           « Le tombeau !! »

           ?? général

           « Comment tu peux savoir ? Et si tu as raison, pourquoi est-ce l'aveugle qui trouve ?» interrogea Shass.

           Me sentant accusé : « Ta gueule, le chat gère son col et c'est déjà trop »

         

           Effectivement, un entrée de mausolée semblait se dessiner au sol, au sommet d'un tertre. Mais cela nous sembla, à tous, trop simple, trop visible. Bref ça sentait la fiente

 

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0