Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je suis un mangeur de sons

Je me nourris de bruits

 

Le vent qui souffle dans les feuilles, la pluie qui tape le sol en tombant du ciel, nourrissant la rivière qui plonge dans le fleuve

Je suis un mangeur de sons et chaque son à son goût.

Le vent à un goût de pain, je ne le mange que pour ramasser, saucer.

La rivière celui de ... l'eau, inodore, insipide, mais clair. Il désaltère.

 

Mais ce qui à un goût, un vrai, ce sont vos sons, vos bruits.

Chaque son est un aliment que je cuisine. La teneur en est la qualité.

 

Une discussion entre deux poufs mini-jupées : un burger mal décongelé

Une dispute : un potage pékinois épicé

Un débat  passionné entre deux philosophes : un vol au vent de saint Jacques.

 

Je déambulais dans vos rues, me gavant de junk food, à en devenir malade. Crise de foie et gastro-entérite sont des mots qui nous affectent.

Plus que la qualité et la compléxité des mots, ce sont leur pureté dans vos bouches, leur intensité qui font le goût, j'ai donc trouvé le parfait endroit : depuis peu, je hante vos immeubles, vos cages d'escaliers.

 

Vous vous dévoilez, vous osez être vous-mêmes. Du moins bien souvent.

Oh si tout n'est pas de qualité, le menu est varié et la saveur synonyme de pureté.

Chaque jour un choix incomparable.

 

Les thèmes varient, la qualité aussi. La fraîcheur des aliments est constante cependant.

Quand vous parlez chiffon, je reste sur ma faim.

Quand vous montez le son de votre chaîne hifi, je me repais,  jusqu'à la nausée, de votre égocentrisme que vous imposez à votre voisinage.

Les vrais mélomanes sont en général discrets. Lorsque j'en découvre un, je suis obligé de coller l'oreille à la porte, comme un assoiffé téterait une gourde.

 

Vos vies ne m'intéressent pas plus que vos secrets. C'est l'intensité de la musicalité de vos vies qui me fait vivre.

Je suis repu lorsque j'écoute un bébé babiller de l'appartement de gauche.

 

Amuse gueule

 

Quand je vous entend conter vos journées, sans habillage ou faux semblant, du 3 pièces du second.

 

Apéritif, petits fours et canapés.

 

Quand l'ado du rez-de-chaussée fait sa crise anti parentale de 19h12, comme chaque jour.

 

Antipasti et charcuterie

 

Que le petit couple du studio de droite se conte fleurette.

 

Bâtonnets de légumes frais.

 

Que vous vous mettez tous à table.

 

Chips au bacon ?

 

Que le vieux du 3e se met à gueuler devant le journal télévisé.

 

Salade de gésiers...

 

Que le bébé se met à pleurer.

 

... filets de magrets de canard ...

 

Que l'ado, avec ses potes, se met à insulter sa mère, en promettant de ne pas revenir.

 

et toasts de foie gras maison.

 

Que le petit couple commence à s'insulter

 

Noisettes de veau zestées à l'orange...

 

Le bébé à hurler

 

... laquées au balsamique ...

 

Que la femme du 3e se met à frapper son mari

 

... carottes nouvelles confites au parmesan

 

Que le père du bébé, excédé, se met lui aussi à hurler ... pour rien.

 

Puis que dans un dernier fracas, la vaisselle brisée, le calme retombe

 

Calvados et sorbet pomme

 

me laissant déguster ces dernières bouchées, puis digérer.

 

La soirée entre dans un relatif silence, qui me permet de grignoter ci et là. La nuit est là, il est temps de passer au dessert.

 

Je crois devenir des souffles courts, haletants.

Je discerne des gémissements

 

Assiette de fromages assortis, pain brioché, figues et noix

 

Ce que je discerne, je le hume puis le goûte, entendant alors distinctement.

Les râles montant simultanément du 3 pièces du 2e et du studio de droite. Si leurs jouissances étaient simultanées je n'aurais pas l'impression d'avoir eu mon café avant la farandole du pâtissier.

 

 

Je n'en tire qu'un plaisir culinaire, je suis un mangeur de sons.

 

L'intensité de vos mornes vies nourrie la mienne

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0