Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous pénétrâmes dans la seconde pièce sans attendre la fin du débat. Nous en étions à Néo Ulysseus XX il me semble.

Nous entrâmes dans un long couloir. Un long tapis recouvrait le sol et traversait la pièce. De chaque coté de massives statues de plusieurs mètres de haut se tenaient telles des sentinelles endormies. Toutes disposait d'une plaque descriptive, toutes très bien entretenues elles-aussi.

« Les cadres de l'ordre ? » demandai-je à Shass, tandis que nous progressions toujours à pas de loup.

« Oui, plus nous avançons, plus je fais la synthèse de nos informations, plus je me dis que nous sommes dans un monastère »

« Un monastère ? Mais de quel culte ? »

« C'est là tout le problème et depuis le début de cette histoire, je n'en ai aucune idée »

Témor et la fée, quant à eux, s'attardaient sur les statues

« Celui là est borgne » fit le Krakan

« Ygor le Borgne, stratège blessé lors de la campagne victorieuse contre les engeances de Paniphélès » lui répondis-je

« Celui là est manchot » continua-t-il

« Crépin-qu-un-bras, maître d'arme, bras emporté par les séides de Nasmessth» enchaînai-je

« 'Tain et celui là n'a plus de jambes »

« Vlad le cul de jatte, qu'on aurait pu nommé Vlad l'empalé : Tué de la sorte pour couvrir la retraite des troupes de l'ordre lors de lors seconde compagne contre les cultistes de Rasthaphanos »

« Un cul de jatte pour couvrir une retraite ? C'tune blague ? Et puis au fait, comment tu sais tout ça ? »

« Y a des plaques nominatives gros balourd »

« Je sais pas lire »

« Très drôle »

« De l'autre coté nous avons Yvain le Médiocre et Gauvin l'idiot ... » repris Shass

« Sacrée équipe de baltringues » commenta Témor

« ...appelés ainsi de par leur perfidie et actes d’espionnages, leur tactique était basé sur la capacité de l'ennemi à les sous-estimer et nous avons aussi Childebert le sanglant, Clotaire Marteau de Fer et-cetera et-cetera … Je ne sais ce qu'ils combattaient mais il doivent, de toute évidence, être respectés, leurs victoires semblent nombreuses et le nom de leurs ennemis à quelque-chose de très malsain. »

Et c'est ainsi que nous quittâmes ce couloir de héros

Avez-vous déjà vu une aurore boréale ? Moi non, et la quasi-totalité des soldats non plus. Nous nous sommes fait expliquer le phénomène par Shattasman. Il s''agit d'un événement lumineux qui se produirait dans le grand nord. Les géants qui y vivent y voient une manifestation divine, d’Apollon sûrement. Personne n'ayant jamais eu le cran de leur demander.

Pourquoi vous en parles-je ? La seconde salle semblait abriter toutes les aurores du monde. Il s'agissait en fait de murs de lumière vert-bleu, aussi infranchissables que des murs de briques.

« Nous sommes dans un labyrinthe » analysa Shass

« Avec des murs transparents, ça devrait être pas trop dur de trouver une sortie » analysai-je aussi

« Sinon je peux tenter la masse » proposa Témor

« Ou un sort » proposa aussi la fée

« Avant d'user de ta masse, jette une pierre dans le ''mur'' » proposa aussi Shattasman.

Devant ce collège de proposition et de travail en concertation, Témor ne put que s'exécuter, et la pierre disparut.

« Bien, on va éviter de trop s'en approcher » conclut-il

Envoûtantes volutes lumineuses se mouvant nonchalamment autour de nous. Apaisants voiles diffusant une douce ambiance, nous plongeant dans une plaisante apathie, nous hypnotisant peu à peu.

« Nous devons sortir de cette torpeur » articula faiblement Shass

« Je crois que je suis défoncé » ricana Témor

« J'ai eu les mêmes sensations sous certains hydromels » quitte à être ancien alcoolique, autant faire partager mon expérience du sujet.

« Elles nous droguent »

« HIHIHhihiHIHIhihi » la fée rigolai comme une sotte

Témor me pris dans ses bras : « TOI, TOI T'ES MON POTE TOI ! TOI T'ES UN FRERE TOI ! »

Certains soldats commençaient à tourner sur eux-même répétant age, profession et ville d'origine.

Même Seril Dannan était affecté, mais pas l'enfant qui tentait de lui faire reprendre ses esprits en tirant sur sa cape.

Et je sais pas ce qui m'a pris mais je me suis dit qu'écrire sous cet état serait une bonne source d 'inspiration et gage de qualité !

DE LA LUMIERE A EN DECHIRER LA NUIT !

Krakan dansant donné par une fée virevoltante entre les ondes lumineuses

Muses amusées de nous voir, à la mélodie diffuse d'une cornemuse, faire mumuse, rendant hommage à la Muse Terpsichore

Dansez ! Dansons ! Chantons ! Clamons, même toi Shattasman à la face camuse, ne reste pas recluse, regarde la méduse abuse lui aussi des bienfaits des Muses.

Elles ont tissé notre destin telles des canuses et se sont arrêtées sur nous quelques instants de plus.

La félicité est parmi nous !

Je pleur maintenant ! Mes larmes rejoignent celles de mes compagnons en un court d'eau qui deviendra rivière bientôt. Je pleure mes regrets, mes remords, mes échecs. Nous pleurons nos mots et la victoire de nos ennemis. Lorsque la rivière deviendra fleuve, nous pleurerons nous victoires aussi.

Je pleure ma propose disparition.

Je pleure mes écrits, qui ne sont que des insultes à nos maîtresses.

Je pleure mon écriture plate, mes tournures poussives, ma grammaire aléatoire. J'aurais tant aimé être astronome pour que les étoiles éclairent ma sombre âme et ma vie misérable.

Je récite les paroles du prophète Lycaon d'Eurysthée.

Mères très bonnes

Nous avons besoin de vous, nous comptons sur vous

Pour exister et pour vivre

En vos aïeux vous nous avez regardé

Et vous avez décidé de nous pardonner

Nous peuples de Blasphèmes qui avons pourtant mis fin à leurs existences

Nous avons agi par colère, ignorance, orgueil

Mais nous croyons en votre puissance

Vous seules pouvez nous sauver de l'oubli

Nous vous honorerons chaque jour que vous ferez se lever sur nos misérables existences

Et nous citerons chaque jour le nom des disparus dans nos arts respectifs

Pan, oublié des elfes sylvains

Hadès assassiné au combat par les Hauts elfes

Poséidon tué par les Elfes marins

Éros et ses suivants massacrés par les Elfes sauvages

Arès égorgé par les Elfes noirs

Hermès abusé par les Elfes gris

Hestia poussée à l'exil par les hommes

Héphaïstos surclassé par les Nains

Hippolyte acculée par les amazones

Dionysos attristé par les Lutins

Artémis traquée par les Felis

Athéna déçue des fées

Déméter, Héra, Apollon et Zeus victime des 4 peuples élémentaires

Héraclès vaincu par les Géants

Vénus défigurée par les Méduses

Ainsi je te vénère Polymnie, ma muse tutélaire.

Souviens-toi de moi

Pardonne-moi

Ne m'oublie pas

Et je vomis

Je vomis ma vie, mon existence toute entière et mes tripes au passage.

Bob à califourchon sur son capitaine vomis aussi.

Seul l'enfant reste impassible

Amuse toi petit

Pleure la vie.

Vomis la mort

Peu importe mais ne te ferme pas au monde

« Tu entends petit ? Ne te ferme pas au monde ! »

« Le monde n'existe pas »

« Que dis-tu petit ? »

« LE MONDE N'EXISTE PAS ! »

Sur ces mots, le temps suspends son vol, l'espace nous tire d'un coup sec en arrière. E nous tombons tous !

Tous sauf Bob, qui reste debout, hagard. Sa tête se détache alors lentement de son corps, rebondit durement sur le sol et se met à rouler vers nous.

Les aurores se fissurent

Venez à nous ! Nous pouvons vous sauver

Vous devez nous libérer

Je regarde l'enfant tandis que les autres tentent laborieusement de se relever. Il est concentré. Je vois d'ici ses tempes se soulever, ses veines ressortir sous le poids de l'effort consenti.

Les volutes lumineuses disparaissent peu à peu, laissant apparaître une réalité morbide. Nous ne sommes plus dans un labyrinthe de lumière mais dans un caveau rempli de tombes ouvertes. Les squelettes se sont animés, ils passent à l'attaque.

« L'enfant a éventé l'illusion. Défendez vos vies ! » Shattasman première en parole.

Témor premier en acte, fonçant dans la mêlée offerte par, au bas mot, une centaine de soldats morts-animés.

« Ta race ! »

C'est ainsi qu'il dégomma les premiers rangs

« On va jouer aux osselets connards ! »

La fée ne prit pas le temps de la réflexion et lança sort sur sort si tôt ses esprits retrouvés, tandis que les hommes reformèrent les rangs.

Seril se maintenant en arrière, protégeant l'enfant qui semblait maintenir son effort.

Une première explosion fit voler une demi douzaine de squelettes et quelques-uns de nos soldats.

Bien bonhomme, le monde n'existe pas mais c'est peut être pas une raison pour le détruire quand même.

Je n’eus pour toute réponse qu'un vrombissement dans le tympan causé par une seconde explosion plus importante. Fée ou enfant je ne le saurais jamais. La troisième explosion nous projetant hors champs de bataille.

Tag(s) : #blasphème, #medfan, #médiéval, #médiéval fantastique, #roman, #Littérature, #fantastique

Partager cet article

Repost 0