Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

   Si j'ai pris le temps d’écrire notre mésaventure dans cette prison lugubre, c'est, d'une part pour laisser une preuve que la maison Lalith est composé de gros bâtards, et d'autre part car nous avons tenté d'en sortir sans succès.


   Témor a très rapidement pris l'initiative, attendue, de défoncer la « porte », mais sans aucun résultat. Nous avons ensuite tenté de la soulever à plusieurs (même la fée!) sans plus de succès.

Alors nous avons sondé, espérant trouver un aspérité, un mur plus creux que les autres, une piste quelconque pour nous échapper, mais rien, nib, zob, walou.


   Alors nous avons vaqué à des occupations différentes.

Témor a continué de tester l'entrée de la pièce, la fée a proposé à 8 reprises de lancer un sort, option refusée par tous. Du moins tant nous avions assez d'air et de réserves pour vivre. Peut-être allions nous trouver une échappatoire après un peu de repos.

Shattasman enfin portait toute son attention sur notre « butin »


   « Allons-nous mourir riches ? » ironisais-je

Témor et même la fée eurent un rictus en coin. Shass ne me répondit pas.

   « Shass ? »

Pas de réponse, je me décidai à la laisser seule, peut-être encaissait-elle le coup plus mal que nous.

   « Je m'y risque une neuvième fois, mais en me concentrant longuement je peux sûrement mieux diriger la magie » osa Spressenzideutche.

   « Tu es mage aléatoire petite, tu va nous coller la forêt sur le museau » dit Témor en me regardant.

   « Mais si, en plus j'ai tout le temps pour me concentrer et je ne risque pas d'être perturbée si vous faites un silence complet » argumenta-t-elle

   « Ça n'a pas de sens !!! » réagit enfin Shass.

   « Écoute, même Shass est d'accord avec nous, tu es mage aléatoire ...»

   « De ? » m'interrompit Shass « vous parliez ? Je n'avais pas remarqué »

« Okay … et donc tu parlais de quoi toi ? » presque vexé que j'étais.

   « Mais de ce que nous avons ici ! »

   « Ah notre trésor ! »

   « Tu parles ça vaut rien, ça ne veut rien dire, ça n'a pas de sens et jecommencemêmeàsuffoquer »

   « Calme toi, respire de manière régulière. » J'avais connu ma part de crises d'angoisses pour la conseiller

   « Oui » fit Témor « explique toi calmement » Même lui tentait de la canaliser, avec une certaine réussite je dois bien l'admettre

   «Bien mais pas d'interruption » ordonna-t-elle

   « ... » général

   « Nous avons donc des pièces en or, deux parchemins, dans un état lamentable, merci à l'humidité et à la moisissure et ce qu'il reste d'armure du chevalier squelette, que nous pouvons nommer Dilus apparemment

   « Jusque là rien de très exceptionnel » me risquais-je

   Regard noir de la néréide.

   Message reçu.

   « Admettons » fit-elle en grognant, « sauf que les pièces d'or ne sont pas des Muses d 'or »

   « Hein ? » de Témor, gros yeux de chats, regard noir de la néréide, message reçu à nouveau.

   « Les Muses, et je parle ici de la monnaie, est la seule monnaie qui ai jamais existé sur notre beau monde, que ce soit avant les nuits du Blasphème, et bien évidemment après aussi. Hommage rendu par Zeus, espérant par là même inspiré les pauvres mortels que nous étions et sommes. Et quand je dis seule monnaie, je veux dire SEULE PUTAIN DE MONNAIE. En aucune ville, d'aucune région, d'aucun pays, d'aucun continent on a jamais fabriqué une autre monnaie. Même en temps de guerre, de révolte, de sécession et d'indépendance, une seule … putain … de … monnaie »

 

   C'est à ce moment que je compris que si les mystères motivaient notre semi aquatique ami, il ne fallait pas qu'ils restent mystérieux trop longtemps. Et celui-ci n'allait de toute évidence pas se résoudre dans la journée.

   « Mais es-tu sure ? Peut-être le temps a-t-il altéré les pièces ? » dis-je

   « Ta gueule » me répondit-elle pleine d’à-propos

   « Enchérissons avec les parchemins, ils sont numérotés, les numéros ne se suivent pas, les autres sont soit ailleurs soit détruit. Certes il me faudrait un meilleur matériel et plus de temps pour les déchiffrer ceci dit je peux en dire que si le premier narre l'histoire du dis Dilus, le second semble être une fresque chronologique traçant les grands événements de cet ordre de chevaliers perdus. Ben les dates correspondent à rien.

   « ... »

   « Ce que je veux dire c'est que ces dates sont dans le futur, ou alors dans le passé mais tellement loin dans le passé que nous ne savions pas travailler le fer et donc pas d'ordre de chevalerie »

   « Ou alors tes dates son codées » me risquais-je à nouveau, mais cette fois ci j'avais piqué sa curiosité car elle ouvrit de grands yeux

   « Merci chaton » je laissai passer cette fois-ci « Mais pourquoi coder des dates ? »

   « ... »

   « J'y suis ! » cria la fée, du moins autant qu'une fée de sa taille minuscule puisse crier.

Mise en garde de tous les autres occupants de la tombe.

   « Ne lance pas de sort ! » la suppliais-je

   « J'étais partie pour mais, j'ai commencé à sentir quelque chose pendant que vous conversiez. Il y a dans cette pièce de la magie »

   « Alors on a le choix, toi, moi les morceaux du squelette, les résidus de son arme dans l'air ? » fit une Shattasman qui se voulait cassante.

   « Non il y a autre chose, quelque chose qui n'avait plus de magie et qui se … recharge peu à, peu »

   « Si c'est le squelette je le re explose » réagit enfin Témor, en armant sa masse.

   « Non ce n'est pas lui c'est sur lui ... »

Nous nous mimes à fouiller, mais rien ne semblait être dissimulé.

   « Les gantelets ! » s'exclama la fée.

   Il est vrai que ceux-ci étaient dans un état largement meilleur que tout ce que nous avions pu trouver. Témor les pris, les enfila tout en se demandant sûrement ce qu'il pouvait bien faire de plus. Shattasman lui proposa alors de tâter la porte au cas où ceux-ci serviraient de clef, sans résultat.

Il entreprit alors de tenter une nouvelle fois de soulever la porte, et après quelques secondes qui s'achevèrent en un sentiment de déception, celle ci bougea très légèrement.

Nous convînmes donc de laisser un peu plus de temps à ces gants pour se recharger en magie.

Au bout de quelques heures nous fîmes un dernier essai, fructueux.

   « Et maintenant ? » m'enquis-je

   « On a des têtes à casser » répondit Témor en se faisant les doigts dans ses nouveaux gantelets.

 

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0